LOADING CLOSE

Brewsticks : l’apéro brut, local, circulaire

Brewsticks : l’apéro brut, local, circulaire

À L’occasion de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (la SERD pour les intimes) du 17 au 25 novembre, on voulait vous proposer quelque chose de spécial. Plutôt qu’une grande tribune sur la lutte contre le gaspillage alimentaire on a préféré se concentrer sur un produit un peu particulier. Un déchet qui ne devrait pas l’être : La drêche.
Première épisode de notre série
« Semaine Européenne de la Réappropriation des Drêches » :
Brewsticks, l’apéro brut, local, circulaire.

Pour les Brewsticks et Elsa sa créatrice, tout commence le 3 octobre 2015 lors d’un stage de brassage dans une brasserie de la région parisienne, la Montreuilloise. Elle y découvre la drêche[1] et son odeur tellement gourmande, mais aussi son triste sort : au mieux elle finit en compost ou en méthanisation, mais le plus souvent tout simplement en incinération[2], pire en décharge. Elle se dit qu’il y a clairement quelque chose à faire pour limiter ce gaspillage. Après quelques recherches et quelques tests, elle arrive à la conclusion que si produit à base de drêche il devait y avoir ce serait un biscuit apéritif. Evidemment à grignoter entre deux gorgés de bière artisanale. Les Brewsticks étaient nés.

La drêche toute fraîche après récolte !

Brewsticks c’est la contraction en anglais de brew, brasser et de sticks, bâtonnets. Elsa « Je me suis orientée vers les biscuits apéritifs et en forme de sticks parce quand j’étais enfant, un de nos grignotages préférés des jours de fête c’était des gressins avec du mascarpone, un comble pour une Espagnole » Les Brewsticks se déclinent en quatre recettes aux combinaisons de saveurs et couleurs prononcées, et quelques nouvelles recettes éphémères. Vous pouvez retrouver à la vente : Spicy de tomate à la tomate séchée bio italienne, Cheesy de cumin, à la tomme au foin bio qui vient de Picardie[3], Black de sésame au poivre noir et sésame noir toasté, avec charbon végétal pour la couleur, et Weed de Breizh aux algues marines de Roscoff en Bretagne.

« Quand tu arrives avec un produit bon et joli ça capte l’attention des gens. »

Brewsticks se veut un produit Brut, Local et Circulaire. « C’est un point d’entrée pour capter l’attention des gens et pour leur expliquer tout ce qu’il y a derrière : l’économie circulaire, l’alimentation durable, la réduction des déchets, la lutte contre le gaspillage alimentaire, la hiérarchie des modes de gestion des produits alimentaires, etc. Ce sont des sujets assez lourds pour le grand public et les non-initiés. Quand on arrive avec un produit bon et joli ça capte l’attention. En fait les Brewsticks c’est un peu un cheval de Troie pour la transition écologique » Pour les avoir goûtés, on peut vous assurer que c’est tellement bon qu’on a envie d’en savoir plus.

Les Brewsticks c’est ludique : la tour apéro

Ils sont aujourd’hui fabriqués de façon artisanale, à la main, mais déjà disponibles dans 6 caves et bars à bières parisiens. [4] On peut également les retrouver en vente en ligne sur le site My Community Beer. Elsa veut maintenant passer à la vitesse supérieure : un local idéal pour l’installation de la toute première production de Brewsticks a été trouvé, tout près d’une brasserie partenaire. Une machine pour la production et un four ont été identifiés, testés et validés. Le projet financier est en train d’être monté et un crowdfunding devrait être lancé dans les mois qui viennent. On ne manquera pas de vous en parler.

En attendant n’hésitez pas à les goûter, jusqu’à preuve du contraire l’abus de Brewsticks n’est pas dangereux pour la santé.


[1] Définition de drêche : La drêche, c’est LE produit méconnu du brassage des céréales, dans notre cas pour le brassage de la bière : les céréales maltées sont concassées, infusées, filtrées. La partie liquide, c’est le moût, qui va devenir de la bière grâce aux houblons et aux levures. La partie solide, c’est la drêche. Historiquement très utilisées en alimentation animale, elles sont aussi aujourd’hui méthanisées, notamment par les gros brasseurs industriels, ou encore cédées à des faiseurs d’aliments pour animaux spécialisés dans la formulation à partir de coproduits d’industries agro-alimentaires. Mais le développement des micro-brasseries urbaines rend compliquées ces deux solutions, d’où le développement de projets comme Brewsticks. D’autant plus que les drêches ont une haute valeur nutritive. Elles sont très riches en fibres diététiques, la drêche séchée est riche en fibres et protéines et à teneur réduite en glucides.

[2] L’incinération des déchets en Europe, c’est produire de l’énergie en brûlant des déchets. La drêche, c’est environ 75% d’eau : incinérer de la drêche revient à vouloir produire de l’énergie en brûlant de l’eau, riche idée non ?

[3] Fromagerie Jean-Marie Beaudoin, 60380 Héricourt sur Thérain

[4] Où acheter des Brewsticks ?
La P’tite Mousse (75009) 
Superbières (75010) 
La Fine Mousse (75011)
Biérocratie (75013) :
Food de Rue (75014)
Ah La Pompe à Bière (75019)

 

Laisser un commentaire