LOADING CLOSE

Gaspillage à l’école, nous pouvons faire beaucoup mieux !

Gaspillage à l’école, nous pouvons faire beaucoup mieux !

Pour Guillaume Garot, Député de la Mayenne et président de l’atelier 10 des Etats Généraux de l’Alimentation consacré au gaspillage alimentaire, c’est un des axes majeurs de travail de son atelier : « le gaspillage doit intégrer pleinement l’éducation de nos enfants »*. L’école pourrait, ainsi devenir prochainement le nouveau grand chantier de la lutte contre le gaspillage alimentaire en France. Elle apparaît clairement, à nos yeux, comme un des leviers les plus importants pour réduire durablement le gaspillage alimentaire.

Comme lieu de savoir, tout d’abord, l’école se doit de former les adultes de demain aux grands enjeux de nos sociétés. La préservation de notre environnement et le développement durable apparaissent aujourd’hui comme des domaines essentiels. Quel meilleur angle que le gaspillage alimentaire pour aborder ces sujets avec les enfants et les adolescents ? Ressources, biodiversité, transport, gaz a effet de serre, économie circulaire : le gaspillage alimentaire englobe l’ensemble de ces problématiques et bien au delà. Il s’agit, dans le même temps, de redonner une valeur à l’aliment. Il faut expliquer que derrière chaque bouchée, ils y a des champs, des prairies, des agriculteurs, des commerçants, des cuisiniers, des savoir-faire et même parfois un serveur et que jeter de la nourriture, c’est rompre cette chaine. C’est tuer les ressources, le temps, le travail. Eduquer à la lutte anti-gaspi c’est aussi éduquer au goût et aux saveurs. C’est apprendre à cuisiner, manger plus sain, plus local et de saison. L’école doit être le lieu de tous ces apprentissages. N’oublions pas qu’un enfant sensibilisé, c’est toute une famille qui est touchée.

« Les salsifis et le poisson du vendredi »

L’école est ensuite un lieu central de la lutte contre Le gaspillage alimentaire car on y mange. Tous les jours de la semaine, des millions d’élèves mangent à la cantine et malheureusement jettent. On a tous, ou presque, au moins une fois, été assis à la table d’une cantine scolaire. On a tous, ou presque, adoré ou détesté les épinards, les choux de Bruxelles, les salsifis et le poisson du vendredi. Combien d’assiettes pleines finissent inexorablement à la poubelle ? On estime que 130g sont jetés par assiette et par enfant. C’est énorme. La cantine est un des points noirs du gaspillage alimentaire en France et les décisionnaires de chaque échelon doivent en prendre la mesure. La restauration collective scolaire doit être, en parallèle de la salle de classe, un lieu ou on apprend à manger, à aimer les aliments. Il faut également redonner du sens au travail des personnels de cantine, leur redonner des marges de manœuvre et les aider à mieux accompagner les besoins de chaque enfant. Il faut apprendre aux enfants à exprimer leur choix et les inviter à la découverte. La lutte contre le gaspillage alimentaire est enfin, à l’école, un enjeu financier pour les collectivités. Les parents d’élèves réclament de plus en plus des produits de qualité, de saison, locaux, végétaux et issus de l’agriculture biologique. La lutte contre le gaspillage alimentaire apparaît comme un enjeu fondamental de la montée en gamme de la restauration scolaire à coût constant.

« Steak haché frites tous les jours »

Guillaume Garot se félicite qu’aujourd’hui des représentants du monde de l’éducation soient présents aux réunions des Etats Généraux de l’Alimentation : « C’est l’un des points forts de ces États généraux que de rassembler tous ceux qui peuvent agir, se réjouit Guillaume Garot. Auparavant, l’éducation nationale n’était pas impliquée. Cela marque une avancée »*.

Un jour, un restaurateur scolaire m’a dit qu’il était facile de réduire le gaspillage à la cantine : Steak haché frites tous les jours. Donnons nous les moyens de faire beaucoup mieux. Des centaines d’opérations de sensibilisation et de réduction du gaspillage ont lieu dans nos écoles partout sur le territoire. Il n’y a qu’à se pencher pour ramasser les fruits des expériences passées et en cours.

Pour aller plus loin :

Il nous serait impossible de présenter tout ce qui ce passe dans les écoles, voici quelque liens non-exhaustifs et on s’en excuse !

Un document de référence : Le guide pratique « Stop au gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires ! » éditer par le SYTRAD, syndicat de traitement des déchets Ardèche Drôme. Un état des lieux et des fiches pratiques d’actions claires et précises à mettre en place à tous les niveaux. Un outil indispensable pour se lancer dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à l’école.

La Brigade Anti-gaspi de la Compagnie PanamePilotis : Cette compagnie de théâtre à mis au point une animation – conférence sur le thème du gaspillage alimentaire qui se veut sérieuse mais ludique et décalée pour sensibiliser, les écoliers, collégiens et lycéens aux thématiques du gaspillage alimentaire. On a vu et on valide !

Dans le collège Jules Grévy de Poligny (Jura), ça fait longtemps qu’on parle de gaspillage alimentaire. Le Chef Christophe Demangel a pris le problème à bras le corps depuis plusieurs années maintenant. Education mais aussi échange et partage sont au menu de ce Chef qui a fait du mieux manger et du moins gaspiller son cheval de bataille. Une référence

Aux goûts du jour, un autre historique de la lutte contre le gaspillage alimentaire, propose des ateliers sur les thèmes liés à l’alimentation et le gaspillage alimentaire. L’association accompagne notamment des établissements scolaires à la réduction du gaspillage alimentaire au self et au sein de l’établissement.

Love Your Waste accompagne les cantines et les restaurants collectifs pour une gestion durable et responsable des biodéchets ainsi qu’une réduction du gaspillage alimentaire. L’entreprise sensibilise également les écoles et leurs élèves à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

*Campagnes et environnement

CK

Laisser un commentaire